Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Since 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Wilhelm Junglas < >

Biographie Expositions personnelles Ménerbes 2014

 

 



Wilhelm Junglas, formé aux Beaux-Arts en Allemagne, a développé une technique et un  style uniques : après avoir dessiné son motif au crayon, il l’imagine coloré puis le réalise en émail sur une plaque de fer. Le tableau sculpture naît de la fusion, dans un four, de ces deux éléments à priori antagonistes. L’artiste est parfois appelé à remettre une même
œuvres plusieurs fois dans le feu, Wilhelm Junglas entamant alors un véritable "dialogue artistique" avec la matière.

 

 

 

__________

 

 



Wilhelm Junglas
J’avais découvert ce nom à côté du mien dans l’édition allemande d’une bibliographie consacrée à Georges Brassens. Camarade d’enfance du poète, j’avais aidé Georges dans ses débuts difficiles, alors que j’étais jeune journaliste à Paris Match. D’évidence, je devais rencontrer cet admirateur étranger et traducteur de mon célèbre ami.

Et j’ai découvert en Wilhelm Junglas un autre artiste, un sculpteur, créateur d’une technique peu banale. C’était en Provence, devant son atelier blotti sous des platanes centenaires, à deux pas du four où vont naître ses dernières œuvres. De ses doigts solides, plus habitués aux rudes contacts de la matière, il égrenait sur la guitare de ses loisirs une mélodie à tous deux familière. Né en 1955 en Allemagne, il avait souhaité en traduisant Brassens, faire découvrir à ses compatriotes ce poète puissant, sensuel et grand coloriste du langage.

Il me raconte sa jeunesse en Allemagne, à Bonn, où Fac de Lettres et Ecole des Beaux Arts étant voisines, il poursuit de doubles études. Formation oblige, l’apprentissage du dessin, de la céramique, du modelage de la glaise, de la taille plus délicate du bois et de la pierre le dote d’une solide technique. Finalement, il opte pour le travail du métal, celui du fer. Sa maîtrise de lettres modernes en poche, la passion l’emporte : Il sera artiste libre.

Il court alors les ferrailleurs, amasse les matériaux, découpe, soude et de ses mains naissent les premières structures que le public découvre dans les galeries de Bonn, de Heidelberg et de Munich.

Mais l’artiste poursuit sa quête. Trop convenues ces figures allégoriques, son esprit est déjà plus loin, il change de cap et ne va garder de sa première technique que les éléments de base, le fer et le feu. Ce fer que l’oxydation habille de toutes  les nuances des ocres le fascine. Le chalumeau va alors remplacer fusain et pinceau du peintre pour dessiner sur ce support inédit: la tôle. Cette création mono-chrome le passionne, mais déjà une autre voie s’impose à lui.

Wilhelm Junglas songe à la céramique de ses débuts et imagine de combiner le  métal et l’émail, unis par la cuisson au four qui va détruire et enrichir mutuellement ces deux matières. Les tôles s’arc-boutent dans la fournaise, brisent les dessins et font s’épanouir les couleurs en tons subtils et soyeux. Le paysage, la nature morte, le nu s’en trouvent transfigurés et les villages provençaux surgissent dans ses
œuvres dans leur incandescence originelle.

Cet art ordonné et désordonné exige l’accord indispensable de l’œil et de la main  de l’artiste en prélude à cette esthétique de la destruction, magnifiquement orchestrée par ce Vulcain provençal. Je vous souhaite de le découvrir.

 

 

__________

 




Expositions personnelles :


1986 Studiogalerie, Bonn, Allemagne
1988 Galerie Walter Jentsch, Heidelberg, Allemagne
1990 Galerie Forum 1, Munich, Allemagne
1993 Galerie Forum 1, Munich, Allemagne
1996 Galerie Forum 1, Munich, Allemagne
  Institut Français, Munich, Allemagne
1999 Salle d’expositions, Mairie de Noves, France
2000 Théâtre de Cavaillon, France
2001 Château de Malijay, France
2002 Galerie Vivre Art, L’Isle-sur-la-Sorgue, France
2003 Espace d’Art du Paradou, France
2004 Espace d’Art du Paradou, France
  Espace Karas, Lourmarin, France
  Espace d’Art Les Jardins de Magali, Lauris, France
2005 Espace Karas, Lourmarin, France
  Espace d’Art du Paradou, France
  Cowparade Monaco, Principauté de Monaco
2006 Espace d’Art du Paradou, France
2007 Exposition Inauguration nouvel atelier, Noves, France
2008 La Palette d’Art, Noves, France
2009 Espace d’Art du Paradou, France
2010 Galerie Richard Nicolet, Coustellet, France
  Galerie Art 89, Paris, France
2011 Galerie Withofs, Bruxelles, Belgique
2012 Galerie Art 89, Paris, France
2013 Espace d’Art du Paradou, France
2014 Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France






 

 

 

 

 


Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes