Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Since 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Michel Loeb < >

Presses Expositions personnelles Gordes 1993  Gordes 1995 Ménerbes 2008
Ménerbes 2009
Ménerbes 2010 Ménerbes 2011 Ménerbes 2013 Ménerbes 2015
Ménerbes du 19 juillet au 20 août 2017 Inauguration le mercredi 19 juillet de 18h à 21h

 

 


Michel Loeb
est un artiste-peintre français né à Saint-Cloud en 1931.
Il suit d'abord une formation de joaillier comme son père et peint en amateur. Il se consacre à la peinture à partir de 1970, après sa rencontre avec le célèbre marchand d'art Félix Vercel, qui le prend alors sous contrat et l'expose à Paris, à New York et à Tokyo. La mode est alors à l'art naïf et son œuvre connaît un grand succès auprès des acteurs et des écrivains, il prépare pas moins d'une exposition par an jusqu'en 1988.
Depuis lors, il s'est installé à Oppède, dans le Luberon, entre vignobles, pinèdes, garrigues et oliveraies où il puise son inspiration.

 

 

 __________

 

 

"Quand l’art s’emmêle les pinceaux..."

De la métaphysique du point
Au commencement était le Point.
Mais pas n’importe quel point.
Un jour, alors qu’un rayon de soleil blanc
piquait droit sur sa palette rieuse, Michel Loeb
saisit ce rayon magique, en fit un pinceau
avec lequel il peignit le premier point.
Point à la ligne.
Depuis il fait des points, des p’tits points,
toujours des p’tits points.
Des points rouges, bleus, verts, blancs, jaunes.
Il paraît qu’il y en a 3 milliards sept cent quatre
vignt douze millions six cent huit mille quatre cent deux.
Mais personne ne les a comptés.
"Point trop n’en faut !" lui dis-je.
Il ne rit point.
Un bon point pour ce pointilliste pas pointilleux.
Mais, voyez-vous, un point me tient le plus à coeur :
Le point d’exclamation !
C’est celui qu’on ajoute quand on dit :
"C’est magnifiquement drôle !"
Un point reste obscur cependant :
Pourquoi fait-il tout ça ?
"C’est mon point faible". dit-il.
Point final

Michel Leeb

 

 

__________

 

 

 



Michel, l'amour en
pointillés que tu as pour
les êtres et les choses,
les oiseaux, les rhinocéros
et les bicyclettes, toute
cette pluie de lumières nous
éclabousse encore et encore
et nous enchante...

Jean-Loup Dabadie, 16 octobre 2014

 

 

__________

 

 


"Ceci n'est pas..."
 

 

Ceci n’est pas loin de la vérité

Ceci n’est pas tout ce que je suis, ni le contraire

Ceci n’est pas l’œuvre des autres mais

Ce que Michel Loeb en a défait

Ceci n’est pas à vendre

Ceci n’est pas gratuit non plus

Ceci n’est pas à prendre au sérieux

Ceci n’est pas la vie, c’est ses silences et ses bruits, de l’art n’est-ce pas ?

 

Amanda Sthers

 

 

 __________

 

 

 


Le p'tit safari de Michel Loeb

 

 

A Oppède, dans son atelier, Michel Loeb imagine, invente et crée. Pour cet été, le voici qu'il se lance dans une série de dessins à la plume et de grandes encres sur un de ses thèmes favoris... les animaux. Eléphants, hippopotames,  ours, rhinocéros... sont ainsi déclinés dans son style si particulier. Certains vont se retrouver en « cages suspendues » ou en boîte de verre...  Pour cette exposition Michel Loeb présente des originaux et une série de 30 lithographies par animal. Cette dernière série est bien dans la lignée de Michel Loeb, joyeuse et émotive. (Ménerbes 2011)

 

 

 

 

► la vidéo du vernissage 2011


 

  

 

 

 __________

 

 


Dans combien de rêves faut-il se perdre pour trouver ces objets ?

Jean-Michel Ribes (pour l'exposition de Ménerbes en 2010)

 

 

 __________

 

 

 

 Ceci n'est pas... un artiste ordinaire

 

Michel Loeb est un artiste surprenant d’aucun pourrait penser qu’il est difficile à suivre. Et Pourtant son travail donne à voir un artiste libre, apaisé, heureux de présenter prochainement à Ménerbes, une toute nouvelle exposition baptisée astucieusement « Ceci n’est pas… »

Amanda Sthers a écrit à propos de la prochaine exposition de Michel Loeb à Ménerbes présentée à la Galerie Pascal Lainé du 19 juillet au 18 août prochain, « Ceci n’est pas loin de la vérité ». Plus loin elle poursuit « Ceci n’est pas à prendre au sérieux ». Mais alors qu’en est-il ? Qu’est ce que les amateurs de Magritte et de son légendaire « Ceci n’est pas une pipe » auront reconnu.
Amanda Sthers poursuit donnant un peu plus d’indices sur cette interrogation. « Ceci n’est pas l’œuvre des autres mais ce que Michel Loeb en a défait ». Ainsi donc voilà révéler le secret de cette exposition que l’artiste a préparé en secret depuis quelques années dans son atelier d’Oppède. « Ceci n’est pas… », est en quelques sorte un hommage rendu à ses pairs dont il admire le travail. Magritte en est effectivement l’instigateur.
Le Peintre, sculpteur, décorateur d’objets en tout genre, présente pour la première fois des tableaux connus qu’il a détourné pour l’occasion, reproduisant fidèlement l’œuvre tout en y ajoutant sa patte.

« J’avais envie de détourner les tableaux de grands peintres et de proposer une « copie » à ma façon. Cette exposition aurait pu prendre pour titre à la manière de Michel Loeb », explique-t-il. Tom Wesselman, Matisse, Gaugin, Renoir, Fernand Leger, Léonardde Vinci, Malevitch et bien sûr Magritte n’ont pas été épargnés. Mais alors que Amanda Sthers continue dans sa réflexion « ceci n’est ni tout ce que je suis, ni le contraire », cette exposition apparaît presque comme une évidence. Michel Loeb est un « détouneur » professionnel. Des objets désuets, dont les gens se sont détournés, abandonnés dans la rue ou sur la plage, aux œuvres des plus grands artistes internationaux, Michel Loeb aime détourner les choses, posant son regard, leur redonnant un souffle nouveau. Le travail minutieux du peintre prouve l’amour qu’il port à ces curiosités.
Des cadrans d’horloge regroupés dans un cadran blanc sont là pour nous rappeler que « ceci n’est pas l’heure d’été », tandis que d’autres objets seront également présentés à la galerie selon cette même ligne créative.
Ce sont près d’une douzaine de tableaux que le peintre offrira au regard des inconditionnels de Michel Loeb et des autres, qui peut-être découvriront pour la première fois son travail. Et même si « ceci n’est pas… », il s’agit bien là d’art !

Anne-Sophie Sourd, Le Journal du Luberon - mai/juin 2013

 

 

__________

 

 

 Michel Loeb : un artiste peut en cacher un autre

 

 


Il sourit peu, et certainement pas sur commande. Au grand dam des photographes appelés à lui tirer le portrait. Mais dans l'atelier, aussi vaste qu'encombré de sa villa oppédoise, où il nous a donné rendez-vous, Michel Loeb tend soudain la clé; une boite de cigares, transformée en mallette à l'effigie d'une silhouette familière. Les vitoles ont été remplacées par des fossiles, une horloge, et cet intitulé : "Le petit prince sans rire".
S'il préfère aujourd'hui parler de surréalisme, Michel Loeb fut d'abord
  considéré comme une référence en matière d'art naïf. Tendance dont il a su garder un certain sens de la simplicité, sinon d'honnêteté. "Il n'y a pas de message, sinon de l'humour et de la dérision", explique-t-il. De l'autodérision même. Son quasi-homonyme et ami de 25 ans, Michel Leeb, est en effet un voisin. Ne cherchez pas de coïncidence, il n'y en a pas. "Il s'est présenté un jour à la galerie où j'exposais à Paris en me disant "je suis venu voir ce que je peins", s'amuse l'artiste.

De là à dire qu'il est "l'ami des stars", il n'y a qu'un pas, même s'il n'aime pas ça. Il fut très proche de Lino Ventura, avec qui il jouait au Stade Français, ami de Claude Berry ou encore de Claire Chazal, a qui il montrait, ce week-end encore, ses créations dans son atelier. Mais ces rencontres, que Michel Loeb semble au premier abord collectionner, sont bien le fruit du hasard. "Avec le temps, j'ai rassemblé. J'étais disponible", constate-t-il simplement en parcourant les pages de En vrac... Mémoires d'un pinceau, son recueil autobiographique, "mais moins ennuyeux qu'un livre de peinture". Et de stopper net sur l'une de ses premières oeuvres, "Oh lala... 1963..."

Si, parmi les références de l'art naïf on dénombre un douanier Rousseau et un facteur Cheval, Michel Loeb, lui, fut diamantaire, durant près de 20 ans. Avant cette rencontre avec un galeriste à New York en 1970, point de départ d'une nouvelle carrière. Dadaïste, pointilliste... Michel Loeb acquiesce à toutes les propositions sans pour autant sans se revendiquer de quelque école que ce soit. Ni intellectualiser son art. "C'est un peu tout à la fois", commente-t-il en exhibant son "préféré", un héron en pomme de pin, "Il lui manquait juste les pattes. Mais j'ai aussi un héron extincteur...". Et de pointer l'imposant "volatile" qui trône à côté d'une Vénus contemplant ses bras, au demeurant amputés, et intitulée "Les bras lui en tombent".

Autant d'oeuvres qui seront visibles du 25 juillet au 14 août à la galerie Pascal Lainé, à Ménerbes pour l'exposition "LOEBJETROUVÉ". Et s'il ne faut peut-être pas compter sur la présence de Claire Chazal lors du vernissage qui aura lieu samedi, il y a fort à parier que Michel Leeb viendra s'enquérir des oeuvres qu'il a sculptées...

Florent Bonnefoi - La Provence du 22 juillet 2010


 

 __________

 

 

Michel Loeb livre en vrac ses mémoires de pinceau


Sur sa terrasse d’Oppède, un veau de plâtre grandeur nature trône dans un… baquet, vue sur le Luberon. Blanc pour l’instant, il sera coloré, « tagué » de mille et un petits attributs décoratifs et fleuris chers à l’artiste. L’idée lui viendra sans doute, comme il le dit, « un de ces matins ». Il est ainsi Michel Loeb : dans la spontanéité de l’instant. Dans une constante créativité aussi. « J’ai toujours quelque chose en cours », confirme l’artiste peintre qui érige l’humour, la discrétion et la simplicité au rang d’arts majeurs. Une gaîté que l’on retrouve dans ses fameux « arbres de fêtes », ses vaches, éléphants ou rhinocéros peints, ses petites boites à surprises, ses horloges qui nous font aimer le temps qui passe…

Tout son univers est là, emprunt de nature et d’un brin de naïveté. Mais de lui, il parle peu. Un parti pris que l’on retrouve dans son livre En vrac.

 

Comme un album 

Point de récits, point de diversions autobiographiques, aucune chronologie. Dans cet ouvrage que l’on feuillette comme un album de souvenirs, juste des photos d’amis, de famille, des œuvres, des aphorismes. De la tendresse, sans nostalgie. « Je voulais laisser une trace à mes enfants et mes petits-enfants, confie Michel Loeb. Pour montrer ce que je suis. Mais je n’aurais pas su me raconter, je suis pudique ». Au fil des pages, on croise quelques amis « people », Catherine Deneuve, Roger Hanin, Claire Chazal, Michel Leeb (le voisin d’Oppède).

« Avec Lino Ventura on partageait la passion du tennis et du foot, on allait même voir des matchs à l’étranger, se souvient Michel Loeb. Et Claude Berri, c’était mon ami de toujours… ». Puis l’artiste interrompt ce début d’inventaire show-biz’… « Ca fait un peu Gala, je n’aime pas çà ». Tout comme il dit détester le snobisme qui colle à la peau d’un certain Luberon, « un peu comme pour Saint-Tropez ». « Quand on me demande où je vis, je réponds dans le Vaucluse ! » glisse-t-il. Mais cette terre il la chérit, s’implique dans la vie de son village, y a un temps animé des ateliers pour enfants. « J’aime les gens du pays, les sourires, les bonjours ». L’évidence de la simplicité. « Je suis un artiste heureux, qui s’amuse, qui ne se prend pas au sérieux », assure-t-il malgré le succès rencontré et une cote qui ne se dément pas avec plus de 600 tableaux vendus depuis les années 70 entre Paris et New-York. Un bel engouement pour « un art innommable » comme l’écrit le chanteur Renaud en préface d’un catalogue d’exposition.


Florence Antunes
, La Provence du 25 août 2009

 

 

 __________


 

 
Je ne prends pas tout à fait au hasard cette gouache de 1990, elle s’intitule La ferme du bon Dieu, et représente, la maison de Michel Loeb. Un homme se trahit toujours en dessinant sa maison (en d’autres termes, il est fidèle à l’essentiel de soi-même). Des arbres, de l’herbe, des fleurs, au loin une façade rose. Du bleu (les arbres), du vert (l’herbe), du rouge (les fleurs, le crépi du mur). Bleu-vert, rouge : rappelons-nous Les Voyelles de Rimbaud, cela donne O.U.I. oui ? Vous ne trouverez pas formidable que la « grille » Rimbaud, appliquée à une peinture, en fasse l’expression d’une adhésion au monde, d’une approbation de la vie ? D’autres peintures tiennent le même langage. Le Printemps par exemple, toile rouge et verte, mais heureusement le ciel est là, qui permet de répéter ce oui aux saisons, aux collines, à tous les matins du monde.
Plus tard, le travail de Michel Loeb a glissé de la « naïveté » des premières années à une rouerie joyeuse, « ludique » est le mot à la mode, et, ma foi, il convient, voici des éléphants, des rhinocéros, un bestiaire aggravé par le calembour. La préciosité - dont Giraudoux disait qu’elle est « de la politesse envers la création » -, est devenue de plus en plus souriante, bricoleuse, prenant l’émotion au piège de la gaieté. Plus tard encore, n’est-ce pas de la gravité qui, dans les pirouettes se fait discrètement entendre du tic-tac des montres ? Battement des pendules et  du cœur : c’est le même.

Vient un temps où il est temps de penser au Temps…
Michel Loeb invente un sablier pour rire. Cela s’appelle aussi « élégance ».

François Nourissier,
de l’Académie Goncourt

 


 __________

 

 


Nous avons longtemps vu en ce paroissien d'Oppède un arpenteur de surfaces planes.

Mais peut-être vaut-il mieux le voir en trois dimensions.
Regardez-le sous ses boucles d'angelot pris au piège : faiseur de boîtes-et-attrapes, pétrisseur de cubes ensoleillés, fabricant de poèmes en bois et de coquelicots chanteurs de cavatines.

En route pour la Loebie aux cent fleurs.

Jean et Simonne Lacouture (pour l'exposition de Gordes en 1995)

 

 

 __________

 

 

MICHEL LOEB EXPOSE A GORDES


L’Eden retrouvé

Pour repousser les murs des cimaises les plus internationales, Michel Loeb n’a d’autre terre de prédilection que l’Eden d’avant le péché.
Est-ce pour ouvrir l’œil chaque matin sur la campagne bleutée baignant Oppède d’une lumière à nulle autre pareille qu’il sait le pétale de chaque fleur, la courbe su plus petit brin d’herbe, le tracé de la plus minuscule feuille ?
Ou bien d’avoir arpenté sous-bois et clairières à l’heure indécise du rêve, a-t-il débusqué le nombre d’or ?
Comment expliquer autrement l’arborescence de son « Micocoulier » fardé de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, déployant sa ramure avec une luxuriance à rendre jaloux les anges du Jugement Dernier. Et cette « Gardienne d’éléphant », princesse « pelliculée » surveillant son troupeau tout aussi fleuri que la savane alentour.
Mais Michel Loeb est aussi un explorateur des trois dimensions : boites-et-attrapes ciselées, rapetassées, ornementées de mille et une facéties, les lézards eux-mêmes se laissent prendre au piège ; quant aux horloges découpant de leurs aiguilles des champs de coquelicots ou de bleuets, elles marquent toute l’heure (exacte) du bonheur à l’envi, au point que « Mademoiselle d’Alençon » dans ses broderies semble sortir de son cadre, alors que Claude Berri n’a pu résister au plaisir d’en acquérir une.
Prenant au piège angelots et filles-fleur, Michel Loeb arrête le temps pour mieux rencontrer « Le Kid », fleurissant l’homme à la badine et la casquette de Jacky Coogan.
Peintre-poète, Loeb écrit au pinceau tout autant qu’à la plume envolée de l’Imaginaire le chapitre qui manquait à la Genèse du paradis retrouvé.

Edmée Santy, Le Provençal du 16 août 1995
Exposition Michel Loeb, « vous avez dit bazar » jusqu’au 10 septembre

 

 

__________

 



Michel LOEB ne peint pas seulement ce qu'il voit, il "imagine" ce qu'il voit.

J'aime son univers naïf, simple, tendre, mais aussi angoissant.

Si on sait la regarder, sa peinture n'est pas aussi tranquille qu'elle en a l'air.

...Elle lui ressemble.

Claude Berri (pour l'exposition de Gordes en 1993)

 

 

 __________

 

 

 

Au rendez-vous de la nature joyeuse


Michel Loeb peint la nature comme il la voit, comme elle devrait être, avec des arbres flamboyant d’innombrables petites touches de couleur

« Pour peindre comme cela, il faut l’âme claire, le cœur tendre et généraux, et aussi, bien sûr, beaucoup, beaucoup de talent ». La phrase est de Lino Ventura, un ami du peintre parmi tant d’autres.
Michel Loeb, parisien et fils de diamantaire, a suivi tout naturellement cette voie, jusqu’en 1970. Cette année-là, il décide de faire de sa passion – la peinture évidemment – sa véritable profession.

Fauvisme naïf ?

La galerie parisienne Félix Vercel s’occupe d’exposer régulièrement ses œuvres depuis 1970.
Son talent est très vite reconnu, et son style est dit figuratif naïf, alors en grande vogue de par le monde. Paul Guimard dira de lui qu’il est plutôt un transfiguratif.
La poésie qui sourd de ses premières toiles, travaillées avec une minutie époustouflante, atténue la violence des tonalités.
Depuis 5 années, après maintes expositions, de Paris à New York en passant par la Suède et la Suisse, l’artiste s’est installé en Provence, à l’instar de confrères en quête de lumière et de paysages où caracolent les couleurs.
Le style, s’il a évolué vers davantage de douceur, conserve ses qualités originelles. Les scènes bucoliques respirent un bonheur que le peintre sait nous faire découvrir et partager, celui d’avoir tant de merveilles à sa disposition. Les feuilles rouges, les ciels incandescents ou les chevaux bleus ont la délicatesse de ne pas choquer le regard, car le peintre joue savamment avec la réalité pour
la rendre plus magique encore.

Parisien bien intégré

Il met ainsi l’accent sur le spectacle somptueux de la nature qui finissait par nous échapper, en lui apportant une fantasmagorie, un foisonnement qui fascine sans coup férir.
Michel Loeb enchante le regard tout en s’écartant des chemins battus. Le voilà classé « naïf » ou « primitif » par simple commodité.
Depuis quelques années, il signe l’illustration des affiches et programmes des Musicales d’Oppède.
Parce qu’il dégage la sympathie et la simplicité, ceux qui le côtoient optent pour devenir ses amis. Ses toiles ornent les demeures de célébrités telles que Marcel Dassault, Catherine Deneuve, le Prince Karim Aga Khan, Bernard Lanvin, Claude Berri, Roger Hanin, Lino Ventura et Pierre Lescure, entre autres.
Michel à réussi à s’intégrer en Luberon, tout simplement parce-qu’il en aime le décor autant que les habitants. Il anime des cours de peinture pour jeunes enfants au sein d’une école qu’il a créé en 1992 : « La Palette et le petit rapin ». (Un rapin désignait jadis un élève peintre).

Expo à Gordes

Le peintre des arbres enchantés expose à Gordes, Galerie Pascal Lainé, du 24 août au 5 septembre, exclusivement des aquarelles qu’il s’ingénie à sertir de cadres anciens dénichés à la brocante.
Délaissant aujourd’hui les huiles de ses débuts, et après avoir touché avec le même bonheur à l’illustration de romans et à la peinture sur divers supports, il travaille plusieurs heures par jour à réaliser des aquarelles.
En outre, ses lithographies sont très demandées.
Une rencontre s’avère réellement nécessaire, à partir du 24, Galerie Pascal Lainé à Gordes.

Le Provençal du 23 août 1993

 

 

 __________

 

 


Expositions personnelles :

1963 Galerie Dauphine, Paris, France
1965 Galerie Fernand Depas, Paris, France
1967 Galerie 93, Paris, France
1970 à 1988 Galerie Félix Vercel, Paris, France (en alternance avec New York Madison Avenue, 16 expositions)
1973 Exposition de groupe, Hôtel Saint-Georges, Beyrouth, Liban
1977 Galerie Aleph, Paris, France
1980 Galerie Harris fine Art, Los Angeles, USA
1982 Galerie K. Levinston, Stockholm, Suède
1985 Galerie Weber, Genève, Suisse
1987 Galerie Daniel Varenne, Gstaad, Suisse
1989 Galerie Laburthe, Paris, France
1990 Galerie Klein-Roncari, Paris, France
  Galerie Nissho Iwai, Tokyo, Japon
1991 Galerie 1900/2000 Chicago, USA
  Autour de Duchamp (groupe), Paris, France
  Galerie 5, Bonnieux, France
1992 Galerie Klein-Roncari, Paris, France
  Hôtel de Rochegude, Avignon, France
1993 Galerie Pascal Lainé, Gordes, France
1994 Galerie Nathalie Seroussi, Paris, France
  Fiac, Paris, France
1995 Musée Campredon, avec Jean Clerté, L'Isle-sur-la-Sorgue, France
  "Vous avez dit bazar..." Galerie Pascal Lainé, Gordes, France
1996 Galerie Nathalie Seroussi, Paris, France
1997 Galerie 1900/2000, Chicago, USA
  Maison Biehn, Isle sur la Sorgue, France
  Fiac, Paris, France (Galerie Daniel Varenne, Genève, Suisse)
1998 Hommage à Félix Vercel, Paris, France
  Galerie Daniel Varenne, Genève, Suisse
1999 Galerie Zannetacci, Genève, Suisse
2000 Galerie Artema, Bruxelles, Belgique
2001 Galerie Félix Vercel, Paris, France
2003 Galerie Gérard Guerre, Avignon, France
2005 Galerie Darga & Lansberg, Paris, France
  Chart Galery, Paris, France
2006/07 "Lobjet détourné" Maison René Char - Campredon, L'Isle-sur-la-Sorgue, France
2008 Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
  Galerie Félix Vercel, Paris, France
2009 "4 en liberté" Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
2010
"Loebjetrouvé" Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
2011 "Un petit safari" Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
2012 "Loebjet baroque" Galerie Yu, Paris, France
  Galerie Dumonteil, Shangai, Chine
2013 "Ceci n'est pas" Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
2014 Galerie Félix Vercel, Paris, France
2015 "Petits jets d'œuvres" en puéril... Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
2017 "Quand l’art s’emmêle les pinceaux...", Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France

 

 

 

► Menerbes: Michel Loeb at Galerie Pascal Lainé Until Aug. 18

► Menerbes: Michel Loeb exhibit at Galerie Pascal Lainé

 



 

 

Enregistrer


Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes